Les tartines par date

avril 2018
L M M J V S D
« Août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Singapour, l’eldorado des chercheurs d’emploi ?

Singapour semble être l’Eldorado économique pour les européens,  au vu de plusieurs messages que j’ai reçu me demandant « comment fait-on pour s’installer à Singapour ? »

Pour être franche, je n’ai pas eu à me préoccuper de ce genre de question, étant une bonne et gentille épouse qui suivait son Chéri. Ceci dit, j’ai pu observer plusieurs cas de figure, dans lequel chacun trouvera sa voie. Comme dirait Lao Tseu dans Tintin, il faut trouver la voie. A Singapour il faut d’abord trouver un visa, et là je renvoie sur la branche immigration (et oui on devient immigré en s’installant à l’étranger, chacun son tour)  du site du Ministry of Foreign Affairs : http://www.ica.gov.sg/index.aspx

Ce que je ne savais pas avant d’y aller, c’est qu’il est possible maintenant d’obtenir un visa long terme pour chercher un travail une fois sur place. Jusqu’à présent j’avais plutôt vu des personnes qui venaient en touriste, et faisaient des saut de puces à Bali (il y a pire, c’est plus cool que l’ANPE) pour revenir ensuite avec une nouveau visa touriste. http://www.ica.gov.sg/page.aspx?pageid=172&secid=171 . Avec cette nouvelle formule plus besoin d’aller à Bali. Snif snif.

Voilà, il suffit donc de venir (pas forcément si facile mais bon, c’est vous qui êtes motivés sinon vous ne seriez pas en train de lire ce magnifique post)  et de chercher voire même trouver  ensuite un bon contrat local, bien payé, avec 20 jours de vacances par an  et autant de Medical Leave, histoire d’avoir presque 4 semaines de congés, pour rester dans la Frenchitude Attitude (ceci les Singapouriens font pareil) Des pistes :  http://expat.cfacile.net/2009/04/trouver-un-travail-a-singapour/

D’autres, la majorité des français ici, ont la chance de se faire directement envoyer à Singapour par leur boite d’Europe, mais finalement comme ils no’nt pas de problèmes de travail, on va donc  les oublier pour le moment. Une parenthèse tout de même : dans les anciens français de Singapour, i.e ceux qui sont là depuis plus de 4-5 ans, on rencontre souvent des ex-expatriés qui ont basculé définitivement dans le contrat local en se faisant embaucher sur place et en démissionnant de leur boite d’origine. Un nombre non négligeable d’ex-expats choisit également de ne pas rentrer au pays de de monter sa boite sur place. Bref ce sont des pures aventuriers qui quittent le cocon douillet (de moins en moins cependant) de l’expatriation.

Mais le vrai aventurier est celui qui quitte tout en France et vient créer son entreprise directement. Là je dis RESPECT. Et ça peut marcher, un exemple, ma crêperie préférée, la crêperie Entre Nous :

http://www.entrenous.sg/entre-nous_creperie_crepe_singapore/homepage.html 

Et surtout on n’oublie pas la formule aide, company set up, de la Chambre de commerce http://www.fccsingapore.com/index.php?id=66

et son réseau de gentils membres tout prêts à aider leurs gentils compatriotes (enfin ça c’est moi qui le dit,  je m’avance peut-être un peu… je ne suis pas membre, aucun intérêt dans l’affaire) : http://www.fccsingapore.com/index.php?id=32

Voili Voilou, c’est peu mais c’est déjà ça, bonne chance à tous ceux qui vont arriver !

Etre fonctionnaire à Singapour

En vacances au pays, j’en profite pour me connecter de temps en temps afin d’avoir quelques nouvelles de Singapour et je tombe sur un article du Strait Time qui pourrait intéresser ou plutôt désespérer plus d’un candidat à l’expatriation à Singapour et qui explique que l’Etat a créé plus 13000 emplois dans les 5 premiers mois de l’année dans le secteur public, principalement dans les hopitaux, les universités ou bien dans les jardins d’enfants.  L’Etat recrute soit des jeunes dipômés soit des personnes en milieu de carrière, deux catégories  durement touchées par la crise à Singapour ou en France. 

http://www.straitstimes.com/

Et ce n’est que le début car les agences du gouvernement singapourien, qui ne laissent pas grand chose au hasard, planifient d’autre recrutements pour les années à venir. Ca laisse rêveur plus d’un petit français à qui l’on annonce des licenciements en pagaille et des non renouvellement de postes et qui baigne dans un environnement de plus en plus inquiétant. Mais d’un autre côté, en France on peut prendre sa retraite de fonctionnaire au bout de 15 ans si l’on a trois enfants et puis, surtout, les congés sont plus longs. Finalement la France est en avance sur Singapour sur les sujets sociaux. Nous devrions nous lancer dans le conseil et l’expertise au pays dits libéraux …

De toute façon, ne rêvons pas, pour devenir fonctionnaire singapourien, il faut d’abord être Singapourien, dur quand on arrive direct de Paris, ou Permanent Resident, pas facile non plus pour l’apprenti expatrié,  car il faut d’abord avoir un job à Singapour pour pouvoir le devenir.

Bref, je ne serai jamais fonctionnaire singapourien, et je vais aller de ce pas profiter des congés payés en tondant ma verte pelouse. Comme les congés payés durent 5 semaines, je vais pouvoir tondre avec une paire de ciseaux, cela fera des économies d’énergie. C’est ça la frenchitude attitude !!!

Problèmes de vacances

Le beau frigo

Le beau frigo

Les grandes vacances arrivant, enfin du moins les vacances scolaires, il me semblait opportun de parler de congés payés. Le sujet est bien sûr lié au monde du travail puisque comme chacun sait les régimes des congés diffèrent grandement suivant la législation du pays où l’on travaille.  La question devient cruciale lorsque Mr ou Mme l’expat en chef bénéficie des 5 semaines généreuses de son contrat français avec les Allers Retours au pays offerts et que Mr ou Mme conjoint de l’expat, que l’on appellera dans ce post  le suiveur, a eu la chance de décrocher un contrat de travail local.

Chance ou malchance ??   Analysons la situation à Singapour, un pays pris complètement au hasard, où le suiveur n’a le droit en contrat local qu’à deux misérables semaines de congés payés. Ca, c’est pas de la Frenchitude attitude…

Bien sûr le suiveur peut s’accorder quelques congés sans soldes, mais cela commence à craindre légèrement, pour parler comme un ado, quand les congés sans solde atteignent les 13 semaines, juste pour rattrapper les vacances scolaires et surveiller, même de loin, vos ados en plein délire d’autonomie.

On peut aussi ruser en posant des jours de maladie, et annoncer fièrement au chef que l’on sera victime d’une subite maladie toutes les 6 semaines, rythme moyen des congés scolaires. A moins d’avoir un mal récidivant, ce que je ne souhaite à personne, il faut avoir un certain culot. Mais vous me direz, on ne travaille pas pour les vacances, n’est ce pas, mais pour au contraire s’investir personnellement dans un projet épanouissant. 

 Alors, me suis je dit, plutôt que de chercher un travail épanouissant payé au salaire singapourien avec 2 semaines de congés, investit toi dans une activité de volontariat passionnante, histoire de trouver ta place dans ce bas monde et de ne pas trop ramolir les restes de ton cerveau bien abimé par 10 ans de tropiques. Ici à Singapour, c’est très facile, le volontariat est hautement valorisé, environnement anglo-saxon oblige …

Mais ce que je n’avais pas prévu, c’est que même en ne travaillant pas, je trouve que les vacances scolaires reviennent bien souvent… et avec elles des ventres à nourrir, un frigo pillé, et un niveau sonore en expansion quotidienne. C’est du Victor Hugo. Mais j’ai l’extrême satisfaction de  voir grandir les nains (de façon inversement proportionnelle au volume de nourriture du frigo), le sentiment d’être une parfaite épouse d’expatrié (je suis le suiveur) doublée d’un mère modèle (compte tenu des circonstances bien sûr, et surtout hors vacances scolaires) et surtout je peux découvrir à loisir la grande Asie …. Evidemment on a les problèmes que l’on mérite mais cela fait du bien de se faire quelques compliments de temps en temps. Restons zen, plus que 3 petites semaines avant les 8 semaines de congés.

Grosses différences culturelles….

A lire, ci dessous pour comprendre la vraie vie des français. Pour résumer, on mange et on dort beaucoup plus que les nos voisins étrangers.  Ce que n’explique pas l’article, c’est la raison pour laquelle nous avons un tel comportement, qui par ailleurs est source d’une grande productivité (j’ai lu par ailleurs que les français étaient parmi les travailleurs les plus productifs, Cocoricooooo).

http://sg.news.yahoo.com/ap/20090505/twl-eu-oecd-leisure-time-c8e2916.html

Bon, maintenant voici quelques hypothèses très personnelles sur les profondes raisons de ce comportement, 9h de sommeil par nuit et 2 heures à table par jour.

1) Après un bon repas, rien ne vaut une bonne sieste…

2) Un bon repas s’apprécie avec d’heureux convives, il faut le temps de discuter, et le français apprécie la polémique, personne ne me contradira.

3) Un bon équilibre alimentaire suppose Entrée, Plat, Dessert, à raison de 10 minutes par catégorie, sans les pauses on est déjà à 30 minutes par repas.

4) Quand on mâche lentement, on prend moins de poids, et d’ailleurs les français sont pas parmi les moins obèses de la planète.

5) Comme nous sommes paraît-il très productifs, nous sommes très fatigués. A voir….

6) Il ne faudrait pas faillir à notre réputation de French Lovers, qui avec la mode et le fromage sont des éléments représentatifs du français vu par l’étranger.

7) J’oubliais la lingerie fine comme élément clé de la franchitude attitude

… Donc tout cela se finit au lit.