Les tartines par date

décembre 2017
L M M J V S D
« Août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Lorong Buang Kok

Lorong Buang Kok

Situé au Nord de Singapour, entre Seletar et Ang Mo Kio, Lorong Buang Kok est le dernier village malais typique de Singapour. Le GPS indique qu’il n’y a plus de route pour s’y rendre et en effet, le village est constitué d’une quinzaine de petites maisons typiques et de trois petits bouts de pistes en terre, pas de quoi sortir le 4X4. Le charme de cet endroit est indéniable, il permet d’imaginer l’ancienne vie des singapouriens avant les HDB et les tours modernes. Quelques chiens trainaient, des enfants riaient en pyjama à 5 heures du soir au milieu des papayers, et le joyeux bric à brac des petites cours sous les varangues m’a fait regretter de vivre dans un appartement aseptisé. Bref, Kampong Buang Kok est un lieu magique, on a bien pensé à nos amis gaulois Astérix et Obélix.

 

 

 

Maison

Maison ancienneJ’ai choisi d’habiter dans une jolie petite maison chinoise, une shop house. Et bien non, c’est un vieux rêve d’une nostalgique de la couleur et des plantes vertes qui vit dans un condo (pour condominium i.e. résidence moderne avec appartements, piscine et salle de gym).

J’avais une maison en Afrique.

Et ma maison devait être nettoyée tous les jours. Et pour la nettoyer j’avais un Boy. Une merveille de cuisinier, homme de ménage, gardien. Ou du moins c’est ce que m’avait dit la personne qui me l’avait recommandé. Pleine de confiance, j’accueillis à bras ouvert mon très cher L. pour nettoyer les 400m² de mon palace. J’avais sous estimé ses capacité d’imagination. Mon très cher L., n’osant pas me demander quoi que ce soit, tremblant en me parlant (et oui je suis intimidante, en général cela dure 15 minutes montre en main), donc mon très L. s’est attaqué au chantier du lundi matin (pire jour de la semaine pour tous le personnel de maison du monde entier). Je jette un oeil discret mais efficace à l’avancée du travail et je m’absente, après tout il faut accorder sa confiance le plus vite possible. Erreur fatale…

A mon retour je découvre avec stupéfaction mon matelas emballé. Croyant bien faire, l’astucieux avait difficilement enfourné tous les matelas dans les housses de couette. Il fallait y penser tout de même, et puis finalement cela se comprend, il n’y a pas de couettes en Afrique. Mais pourquoi n’y ai-je pas pensé ???

Appartement

Twin TowersPoursuivant le sujet déménagement, on se pose la question « où vais-je bien pouvoir habiter ? ». Dans le meilleur ou le pire des cas la gentille boite qui vous envoie à l’autre bout du monde vous propose une visite anticipée, avant même de faire vos cartons. Là c’est le rêve ou le cauchemar. Rêve si le pays est formidable, bien organisé, propre et sûr ; cauchemar si votre futur lieu de vie se révêle être un pays pourri, dangereux, sale et dont vous ne parlez même pas la langue. Dans ce dernier cas, on a le temps de ronger son angoisse avant même d’avoir pris l’avion et de tergiverser sur « avons-nous pris la bonne décision, on était pas si mal en France ». Le mal est fait, il faut y aller. C’est pourquoi je préfère finalement ne pas visiter avant de partir, sachant que la vie sur place est totalement différente d’une visite éclair et que reprenant le célèbre adage, il ne faut pas se fier aux apparences. Bref revenons au vrai sujet, vous ou votre conjoint êtes sur place ou à l’hotel et il faut se loger.

Que choisir ? Une belle maison histoire de profiter à fond de cette période d’expatriation qui s’offre à vous ou un appartement tout en hauteur pour voir au loin ce qui se passe. L’appartement offre dans bien des pays l’avantage de la sécurité et du service. Les deux points ne sont pas à négliger, car mine de rien il est peut être plus facile de faire venir le plombier de la résidence que d’appeller le quidam du coin. Dans les pays peu sûrs l’appartement offre également une certaine sécurité contre les gros méchants et j’osais espérer contre les cafards, parresseux pour monter au 28ème étage. Troisième et dernier point, la vie en immeuble peut permettre de rencontrer plus facilement son voisinage. Personnellement ça n’a pour l’instant pas trop marché, j’habite dans un condominium rempli de japonais. J’en suis donc toujours au bonjours avec les mains. Soyons positif, le contact est créé.  Peut-être aurais-je dû finalement préférer une petite maison pour discuter avec mes charmants voisins par dessus la haie en taillant le gazon.

Ah j’oubliais,  j’ai découvert que les cafards savent grimper les étages, peut-on voir là une adapatation de l’espèce à son environnement, à moins qu’ils ne prennent l’ascensceur comme tout le monde….Le cafard est un insecte intelligent.