Les tartines par date

décembre 2017
L M M J V S D
« Août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

8 jours sans bloguer

Huit jours sans bloguer trop occupée à rentrer en France caser les nains pour les vacances. En plus d’une légère chute de  fréquentation de mon petit blog,  voici le bilan des courses :

– 11 heures d’embouteillage pour 3 jours passés en région parisienne, soit une moyenne d’environ 4h par jour. Et non, je ne rêvais de visiter Paris, son périphérique et sa banlieue, j’avais juste quelques conduites et visites à effectuer… La prochaine fois je tiendrais salon dans ma caisse.

– un total de 135 bises sur la joue, (en fait je n’ai pas compté mais ça faisait beaucoup), à raison de 3 par personne, 3 et pas 4, ni 2 allez savoir pourquoi. Question d’époque…

– sachant qu’il y avait une bonne chaleur (histoire de ne pas se sentir trop dépaysée) on imagine que les bises étaient collantes, sans parler des poignées de mains gluantes. C’est bien pour ça l’Asie, on ne se touche pas trop.

– une gastro, due aux bises ??? ou peut-être au changement d’eau ??? En tout cas, la tourista à Paris, ça existe, je l’ai vécue en live, 2 jours de vacances brulés et une razzia, non remboursée, en euros à la pharmacie, pas de médecin dispo le dimanche.

– et pour couronner le tout, une vitre brisée pour piquer mon GPS antique. Evidemment tout le monde s’est foutu de ma gueule dans le genre  » tu savais pas qu’il ne faut jamais laisser ton GPS dans ta voiture ??? » Ben nan ai-répondu niaisement, ça fait 3 ans que je laisse à Singapour. » A croire que c’est normal de se faire piquer son GPS en France. Dire qu’en 10 ans à se ballader dans ce beau monde, il a fallu que j’arrive dans ma mère patrie pour me faire dépouiller!

– Je n’ai même pas vu Léonardo di Caprio, en visite à Paris.

Et quand même des points positifs :

– les yaourts veloutés, les cerises du début de juillet

– le plaisir de tout comprendre, avec son revers, tout le monde vous comprend…

– mon autoradio dans la voiture qu’on a pas encore piqué et que j’ai eu le loisir d’appécier,

– le plaisir des français à voir le soleil, ça fait partie des petits bonheurs de la vie.

– les grandes soirées d’été qui n’en finissent pas,

– les petits matins frais, un truc introuvable à Singapour.

C’était bien quand même ! Et j’ai casé les nains, mes vacances commencent.

Nos grèves n’intéressent pas Singapour

Pour conclure le post d’hier, je suis repartie sur le site du Strait Times, le seul journal quotidien de Singapour, afin de vérifier si notre grève massive et significative selon les syndicats, avait éveillé l’attention des Singapouriens. Bilan des courses, toujours rien, pas même la moindre petite mention.

Ici ce mouvement social français a été un non événement, à moins qu’il n’ait été volontairement censuré de peur d’une contagion fort improbable en Asie du Sud Est. Plus probablement le mot grève lui même ne fait pas partie du vocabulaire local…  Parviendrons nous un jour à exporter une frenchitude attitude sociale, autre que celle lié à la dégustation du vin, du fromage et des belles femmes ?

Comment les Chinois nous voient ?

Et voilà, tout est dit, le Vénérable Professeur Kuing Yamang nous laisse au plus 2 générations avant d’être totalement engloutis. Préparons nous donc  à aller nettoyer les chiottes des Chinois, s’ils veulent de nous ! Pour l’instant, le professeur n’envisage pour notre salut que l’aumône en nous donnant des sacs de riz…

Et le pire dans tout ça, c’est que je crois que ce vénérable professeur a parfaitement raison sur les 3 points suivants :

1/ Nos enfants ne pourront pas payer notre dette

2/On repousse le problèmes d’année en année sur les générations qui suivent, le débat actuel sur les retraites en est un excellent exemple

3/ On s’enrichit en travaillant

Ceci dit, pour nous rassurer, on peut supposer que tout cela ne sera pas aussi simple si les travailleurs chinois commencent à faire la grève pour obtenir des meilleures conditions de travail.

On peut aussi imaginer que d’ici 25 ans nous aurons réussi à les « contaminer » de nos valeurs suprêmes, à savoir les loisirs, l’écologie (ça serait une bonne chose) et le football !

Va falloir que les bleus se réveillent en Afrique du Sud  et qu’on exporte aux Chinois à prix d’or notre Frenchitude attitude !

 

Presse en Guinée

Je viens de trouver un site assez intéressant édité par le ministère des Affaires Etrangère, qui me fait sentir fière d’être française.

latitudefrance.org

En gros par le biais de ce site bien conçu, on prend connaissance de tout ce qui passe à l’étranger, et de la place des actions de la France. Et finalement, cela ne fait pas de mal de se passer de temps en temps un peu de pommade sur notre Frenchitude Attitude.

Vous me direz ce que vous en pensez, mais j’ai personnellement retrouvé les vieilles valeurs républicaines que m’enseignait mon maître de CP il y a près de 35 ans à la communale, à savoir le respect du droit, l’égalité des chances entre les filles et les garçons, une curiosité des autres et une volonté d’apprendre un peu plus chaque jour. Et ce ne sont pas que des « paroles et paroles » comme le disait notre Dalida chérie puisque la France s’engage relativement souvent pour une certaine idée de la liberté et la recherche d’une certaine honnêteté intellectuelle, même si on ne dit pas beaucoup en métropole. Un exemple à l’appui, la création d’une maison de la presse en Guinée :

Une maison de la presse en Guinée

On connait mon attachement pour la Guinée, j’ai tout de même un doute sur la pérennité de ce genre d’institution, qui va peut-etre être noyautée par des personnes trop intéressées et pas assez partiales.

Reste que ça doit être très drôle de s’impliquer dans ce genre de projets quand on connaît l’amour des guinéens pour notre belle langue et la truculence de leur propos.

Bread Society

Bread Society, la société du pain, c’est pas terrible comme nom de boulangerie, on est plus souvent habitué à l’Epi d’Or ou Chez Paulette ou Pain Gourmet ou Maison Pottier ou La Croustillante …

Bread Society pourrait très bien être un société secrète tentant d’empoisonner des clients pour le compte d’une mafia véreuse. Et bien non, c’est bien une boulangerie et qui plus est, ils vendent le meilleur pain que j’ai eu le plaisir de goûter à Singapour; 3 ans de recherche… La baguette campagnarde ressemble à celle de la boulangerie de mon village, c’est vous dire !

On les trouve au Basement 2 du Ion sur Orchard ouvert de 7.30AM à 11PM, et il paraît que le boulanger est japonais, ce qui ne m’étonne pas, toutes les serveuses étaient japonaises. Vérification de mes commentaires sur ce site qui montre que les gourmets singapouriens partagent mon analyse :

http://www.hungrygowhere.com/singapore/bread_society_ion_orchard/

Et oui, les japonais doivent être les seuls au monde, à part les français of course, à savoir faire des croissants et des pains au chocolat à la fois croustillants à l’extérieur et moelleux, dans lesquels le chocolat fond dans la bouche sans vous tacher les doigts. J’en ai l’eau à la bouche rien qu’en en parlant ! Finalement une baguette à Singapour permet la connection de la Frenchitude Attitude et de la Zénitude Attitude.