Les tartines par date

décembre 2017
L M M J V S D
« Août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Pole emploi international

Me demandant régulièrement comment faisait les candidats à l’expatriation pour aller travailler hors de notre douce France,  j’ai découvert le site Pôle emploi International.

http://www.pole-emploi-international.fr/

Bien évidemment ma première réaction a été de me dire que ce site devait être moisi et que ce n’était sûrement pas le meilleur moyen pour trouver un boulot à l’étranger. J’ai donc fait quelques petits tests, lesquels me font toujours rêver, moi qui suis scotchée à Paris pour le moment.

En cherchant sur tous les pays, j’ai trouvé plus de de 1000 offres d’emploi ! Il a fallu donc affiner en limitant par date. Si l’on cherche depuis le 22 décembre, tous secteurs confondus sur le monde entier, on trouve tout de même 50 offres d’emploi: un psychologue et un sociologue au Portugal, un coiffeur au Maroc, des techniciens en Allemagne (qui l’eût crû ?) des ingénieurs en Suisse et surtout 7 offres liées à la restauration en Angleterre: j’en conclus donc que le savoir faire français en matière culinaire s’exporte toujours bien chez nos amis anglo-saxons, qui n’ont  pas réussi à s’approprier la cuisine française, contrairement aux asiatiques, en passe de réussir dans cette voie.

Bref  j’aime Pôle Emploi International qui me fait rêver à de fabuleux destins outre mer et me laisse dire que la fière Albion a encore une marche de progression dans la découverte de la cuisine française. Bonne digestion entre deux repas de fêtes.

En parlant de délices, je vous invite à lire l’excellent post d’Erika sur les maccarons :

http://active-mummy.blogspot.com/

Merci Erika ! On salive virtuellement en te lisant

 

 

Singapour versus Conakry

Lo me demandait récemment sur ce blog mon avis sur une expatriatrion entre Singapour et Conakry. J’ai honnêtement mis plus de 6 jours à pouvoir répondre à cette épineuse question, qui peut se résumer à la suivante :

Est ce que je préfère passer les prochaines années de ma vie dans un des pays les plus riches du monde (Singapour numéro 41 en parité de pouvoir d’achat, classement CIA) ou dans un des pays les plus pauvres ? (classé 147 sur 227 , en PPA)

Ma première réponse se fera tout d’abord en images : habiter là ?

Où là ?

Et puis finalement, il ne faut ni pas forcément se laisser influencer par de basses considérations matérielles. Il reste à affiner la comparaison

– Singapour est The Pays organisé, avec une administration efficace où l’on peut monter une boite en 2 jours, à Conakry aussi peut être,  tout est question de moyen et de réseau

– Question climat, c’est kif kif, on est pas loin de l’équateur, il fait chaud toute l’année. J’ai pourtant une petite préférence pour Conakry, où l’on a une saison sèche de Novembre à Mai  avec un vent chaud et sec suivie d’une vraie saison de pluie diluvienne à noyer son 4X4.  A Singapour, on mouille sa chemise toute l’année dans une humidité chaude, hormis dans les shopping center refroidis par la clim à 18°.

– Vient ensuite l’importante question du logement: à priori en tant qu’expat, on est bien logé, surement mieux qu’en région parisienne. Idem pour le personnel de maison, dont le coût sera très intéressant dans un cas comme dans l’autre. Surtout ne pas se priver d’avoir de l’aide à la maison.

– En ce qui concerne le travail du conjoint, il est sans doute plus facile d’en trouver un à Singapour qu’à Conakry mais ce point reste à confirmer. Certes l’offre est plus large à Singapour, du fait d’un grand nombre d’entreprises. Mais, d’un autre côté, la Guinée est en train de se relever et peut offrir des opportunités intéressantes sur un marché du travail beaucoup moins concurrentiel, d’autant plus qu’il y a certainement moins de conjoints d’expatriés disponibles et compétents en Guinée qu’à Singapour…

Pour conclure rapidement, on peut dire que ce choix est cornélien et dépend surtout des ressources personnelles que l’on peut avoir.  Il sera sûrement plus dur de s’adapter dans les premiers mois à la Guinée qu’à Singapour qui ressemble à n’importe quelle mégapole riche du monde.

Et pourtant la Guinée et son peuple sont extrêmement attachants, c’est un pays que l’on quitte la larme à l’oeil. L’expérience de l’Afrique est plus risquée, on n’en sort rarement indemne, au pire dégouté, au mieux humainement très enrichi.

Quelques données techniques de nos amis américains pour approndir sa réflexion :

https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/sn.html pour tout savoir sur Singapour

https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/gv.html et sur la Guinée

Jobs au Lycée Français

Et voilà, c’est la rentrée des classes dans quelques jours, les enfants vont repartir joyeux et enthousiastes sur les bancs de l’école, (les parents se le répètent et ont envie d’y croire) et les mamans ou les papas vont pouvoir commencer leurs vacances de parents…

Pour ceux qui en redemandent et qui ne se lassent pas de vivre avec les plus jeunes, le LFS offre depuis le 30 août quelques jobs dont un de documentaliste en maternelle. 

Il y a aussi un job dans la  finance et dans la comptabilité, histoire d’être dans le bain de la jeunesse sans en avoir le bruit… sans oublier le poste de psychologue, régulièrement proposé, allez savoir pourquoi… Selon moi 2 explications : il n’y a jamais de psychologue francophone dispo à Singapour, trop occupés qu’ils sont à gérer les problèmes des expats au bord du gouffre de la différence culturelle ou alors personne ne veut de ce poste, nécessitant peut-être une résistance à toute épreuve. Quoi de plus dur qu’un enfant d’expat élevé par des maids !

PLus sérieusement et en détail sur le site :

http://www.lfs.edu.sg/fr/etablissement/recrutement/profils.htm

Pour ceux, rêvant de jobs dans un milieu anglophone à la sauce singapourienne et  qui ne sont pas encore décidé à travailler au LFS,  mieux vaut attendre le mois de janvier 2012, où d’autres offres seront proposées, notamment pour le personnel enseignant en prévision de la rentrée suivante.  

Et pour les autres à tendance loisir, profitez de la douce vie d’expat.

Bonnes vacances à tous les parents, plus que 3 jours à tenir ! Et pour les plus patients d’entre nous, profitez bien de vos loulous adorés dans ces journées sans horaires.

Passer sa retraite à Singapour

A l’heure du débat sur l’âge du départ à la retraite en France, je ne peux m’empêcher de vous soumettre ce petit cliché qui laisse non pas rêveur mais perplexe.

Le brave monsieur à gauche a gagné la médaille du meilleur homme de ménage de l’immeuble. Si l’on voit déjà bien qu’il a un certain âge, je peux vous assurer qu’il est toujours en excellente condition et je le vois balayer avec un grand sourire et très consciencieusement la cour du centre médical dans lequel j’ai l’habitude de me rendre.  Finalement il a l’air en bien meilleure forme que moi. Chaque fois que je le vois, il me sourit des yeux, et je lui ai donc décerné la médaille de Zénitude Attitude de Singapour. Notre bonhomme appuie donc la thèse du « travail, c’est la santé » et je ne suis pas sûre qu’il serait moins heureux seul devant son poste de télévision à remâcher sa vieillesse. En tout cas, ça donne matière à réfléchir sur nos régimes spéciaux de retraite à 55 ans pour cause de pénibilité du travail passé … J’arrête là, sinon je vais politiser ce petit blog…

Travailleurs de l’ombre

Pour une fois ils étaient en plein soleil :

Ils sont pour le moment, et depuis près de deux ans, en très grand nombre à finir de construire tout un nouveau quartier autour de Marina Bay et du Casino de Singapour. Je ne peux m’empêcher de leur rendre un hommage car finalement sans leurs nombreuses mains besogneuses et affairées, cette ville  ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui. On ne bâtit pas des cités avec uniquement des chiffres et des dossiers mais avec du muscle (ouaouh !!!) et de la sueur (beurk).  Les travailleurs habitent sur place dans des baraquements et passent leurs journées sur ce site, dans les poussières de ciments et les bruits des camions.

Et l’hommage est appuyé quand on a expérimenté la chaleur qui régnait, je dégoulinais au bout de 10 minutes à prendre mes photos de bonne touriste, n’osant m’imaginer effectuant des travaux de force sous 38° à l’ombre.

On devrait climatiser toute la ville et la mettre sous verre pour que les travailleurs aient moins chaud.