Les tartines par date

avril 2010
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Que faire à Singapour ?

Ceux qui arrivent à Singapour comme suiveur de leur conjoint expatrié se posent souvent la question de travailler ou ne pas travailler. Je ne veux décourager personne, mais, selon moi, ne pas travailler est une option à considérer, surtout si l’on sait d’avance que le séjour sur place sera de courte durée. Par courte durée, j’entends moins de deux ans. En effet travailler, c’est très bien, valorisant, intéressant, épanouissant, etc etc mais mais mais ….

1/ 20 jours de vacances par an, c’est vraiment pas beaucoup quand on vient du pays des RTT à gogo.

2/ les salaires ici ne suivent pas toujours même si malheureusement je manque de données plus précises sur ce sujet.

D’autres solutions sont alors envisageables :

1/ Faire des bébés, et non on rigole pas, il y a un taux de naissances record à l’Ambassade, c’est l’Ambassadeur qui nous l’a dit en personne il y a 2 ans. Moi je n’en ai pas fais, je ne sais plus comment on fait. Joker !

Hormis le fait que l’on reste 1 jour, voire 2 exceptionnellement, à l’hôpital, faire des bébés ici n’est si bête quand on sait qu’une gentille nounou à temps complet (jours et nuit réunis sauf le dimanche) vous attend pour vous chouchouter à la maison pour une somme  modique comprise entre 400 et 600 Dollars.

2/ Voyager avec les miles acquis par Mon Chéri au cours de ses nombreux déplacements. Car, Singapour est la ville des conjoints d’expatriés solitaires la semaine, pour cause de déplacements professionnels nombreux. Pour ceux qui n’ont pas d’enfants ou des enfants autonomes ou une maid efficace (la revoilà), il y a bien sûr l’option d’accompagner Mon Chéri dans ses déplacements intra-Asie. Je l’ai fais bien souvent, c’est le pied… Comment acquérir des miles d’avion : http://www.singaporeair.com/saa/en_UK/index.jsp

3/ Se former dans les nombreuses institutions de prestige que compte la Cité Etat: un petit tour à l’INSEAD (à faire financer par sa boite avant de partir de préférence), apprendre le chinois (avoir un bon cerveau), peaufiner son anglais au British Council, se lancer dans les Beaux Arts à Nanyang Academy ou à Lassale College of Arts, fabriquer des bijoux ou devenir Coach (sauf que bientôt il y aura plus de coachs que de gens à coacher d’où problème)…. l’offre est grande et variée.

http://www.insead.edu/discover_insead/Newsroom/fr/2008_phd_sg_VF.cfm , http://www.nafa.edu.sg/, http://www.lasalle.edu.sg/

Là encore toujours prévoir un petit budget (certaines boites financent dans le cadre du soutien à la mobilité) et vérifier la qualité des enseignements fournis.

4/ Monter sa société, en deux jours l’affaire est réglée, après il faut travailler certes, mais on choisit ses dates de congés. Beaucoup le font, ça doit être un bon filon si on a une bonne idée, comme coach ou spécialiste de l’interculturel ! http://www.spring.gov.sg/NewsEvents/ITN/Pages/Singapore-a-great-place-to-start-and-grow-a-business-20100202.aspx

5/ Faire du bénévolat, extêmement valorisé par nos amis singapouriens qui vivent dans une logique anglo saxonne. Si l’on a la fibre pour le social, c’est le moment de se lancer : on est utile à aider les pays de la sous région sans mettre les mains dans le cambouis et l’on voit les horreurs de la guerre d’assez loin, ce qui n’est pas plus mal pour les âmes sensibles qui sommeillent en nous.  http://www.nvpc.org.sg/pgm/others/nvpc_f_default_public.aspx

Celles qui rêvent de tout savoir sur les différentes cultures asiatiques n’hésiteront pas à devenir guide bénévole au Friends of Museum, où après une formation de haut niveau, elles pourront parfaire leur connaissance de la langue de Shakespeare en guidant des touristes et des singapouriens. http://www.nvpc.org.sg/pgm/others/nvpc_f_default_public.aspx

6/ Glander pour de vrai et jouer à l’archétype de la  femme d’expat vu par ceux qui ne sont jamais partis : passer de la piscine à la manucure, après une pause massage et avant d’enchaîner sur un afternoon tea au Fullerton et une séance shopping sur Orchard. Revenir ensuite pour embrasser maternellement vos enfants chéris, qui vous attendront sagement dans leur lit, ayant dîné d’un repas bio, fait leurs devoirs,  siroter un verre chardonnay en attendant le retour de MON CHERI!!!!!!!!

Pas de site à conseiller, il faudrait l’inventer…

7/ J’oubliais  : s’abonner à Tartouille Expat et lire et relire ses fabuleux posts : http://expat.cfacile.net/, au passage merci à tous ceux qui sont déjà abonnés et à tous ceux qui me soutiennent !

10 comments to Que faire à Singapour ?

  • Claude

    « faire des bébés ici n’est si bête quand on sait qu’une gentille nounou à temps complet (jours et nuit réunis sauf le dimanche) vous attend pour vous chouchouter à la maison pour une somme modique comprise entre 400 et 600 Dollars. » J’ai une question, cette nounou, OU EST-ELLE?!!!!!!!!!!!!!! Je la prends tout de suite et je lui donne 700$.

    • Hélène

      @Claude,
      Ok ce blog est purement théorique, et je n’ai pas de nounou. Mais ça existe quand même non ?

  • oui, merci Hélène ! j’ai cassé la machine à BB il y a 20 ans, et je n’apprécie de voyager « hors ville » qu’accompagnée !! y a-t-il un site : « qui veut m’accompagner ? » ; car je retournerais bien à Bali, j’essaierais bien Lombok ou autre destination de 5 jours en semaine avec une bonne copine (ou une bonne « nouvelle » copine)… et dans l’intervalle, j’essaie de monter ma société, mais alors là, le « en deux jours c’est plié », faudra me montrer, car moi je galère ! (je fais du soutien scolaire pour enfants français de primaire). à vous lire très bientot, merci !

  • Gian

    Bonjour Hélène,
    et quand le conjoint au sujet c’est l’homme, des conseils?
    Merci

    • Hélène

      Bonjour !
      D’après ce que j’ai vu, au début ils se remettent au sport. Et puis ensuite, il y en a qui se lancent dans l’aventure de la création d’entreprise (bien si on reste au moins 2 ans à mon avis). Beaucoup organisent avec soin les vacances, grand sujet à Singapour. Et pourquoi pas tout simplement profiter de la vie et développer l’image positive du conjoint au foyer (qui est peut être l’avenir …)

  • Gian

    Merci pour la réponse….nous ne sommes pas encore partis, bientôt, et très probablement pour 3 ans, et avec une petite de 2 ans j’envisage de m’en occuper à temps plein…
    merci et peut-etre au revoir directement à Singapour

  • Ah ah ! Moi j’ai choisi l’option « faire un bébé ». Ok, celui-ci était déjà au four avant le grand départ, mais j’ai pu tester: 1 jour à l’hopital (parce que ça coute la peau des fesses et que c’est quand même mieux à la maison), et la Nounou 24/24 (sauf le dimanche).
    Par contre, le programme-type de la femme d’expat, très peu pour moi et la formation payée par la boite, j’ai pas eu le temps d’en profiter: on est partis trop tôt !
    Bravo pour ce panorama très complet et très exact (surtout le point 6/)

  • Julie Deruy

    Bonjour,

    Je travaille actuellement sur un documentaire sur les français expatriés en Asie du Sud-Est dont j’aimerais vous parler plus amplement. Auriez-vous une adresse mail ou un numéro où je peux vous joindre?

    Cordialement,

    Julie

    • cathy

      Bonjour Julie Deruy, avec l’aimable accord d’Hélène, puis-je participer à la question ? j’habite à Singapore depuis deux mois maintenant, si cela vous intéresse pour votre documentaire vous pouvez me contacter par mail à l’adresse suivante : catdevarz@gmail.com ; bien cordiaelment

    • Hélène

      Pas de problème pour moi ! Le partage d’infos est toujours bienvenue

Leave a Reply