Les tartines par date

février 2009
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728  

Un Carrefour peut en cacher un autre…

Tous les Carrefours du monde ne se ressemblent pas, en France on y fait ses courses, ailleurs on y fait des rencontres.

Le Carrefour est un élément important de la vie d’un expat. Ainsi certains viennent des recoins de l’Indonésie ou du sultanat du Brunei, où il n’y a pas de Carrefour, pour faire un petit plein de bons produits français : fromage, saucisson, vin, rillettes bref le kit de survie.

Après la chasse peut s’affiner : des barquettes, des choco BN, de la fleur de sel, ou de la moutarde.

Par ailleurs le Carrefour, haut lieu de socialisation et de rencontre, permet à tout nouvel arrivant de se faire des amis. On capte des bribes de français en frôlant un groupe de dadames rassemblées autour d’un caddie, on ralentit la course effrénée du caddie et comme par hasard on bouscule légèrement une des dadames,

« oups, excusez-moi, tiens vous ne sauriez pas où je peux trouver du comté ?, oh vous avez trouvé de la soupe aux poireaux !  quelle merveille, j’adore ça (beurkkk) »

 Et hop ! le tour est joué : une copine de plus ou une conquête à son tableau de chasse … Ceci dit le Carrefour est un mauvais plan pour se trouver un amant car

1/ Peu d’hommes font leur courses, du moins en semaine quand j’y suis, il faudrait que j’aille enquêter un samedi.

2/ impossible de rester incognito, le monde des expats est un village dont Carrefour est la place.

3/ on y va généralement en tenue de ménagère,  certes chic mais pas vamp. Et c’est mieux comme ça, ça évite de se faire lyncher par les caissières et de provoquer des arrêts cardiaques chez les vendeurs.

Finalement Carrefour mon amour…est un bon plan pour les hommes.

1 comment to Un Carrefour peut en cacher un autre…

  • Trop drôle ton commentaire sur Carrefour! En effet, quand on arrive nouvellement dans un pays et, comme moi pour sa première expérience d’expat, on a tendance a vouloir communiquer avec tout le monde qui parle notre langue; mais avec un peu de bon sens on se rend tres vite compte que c’est impossible de s’entendre avec tous les compatriotes; dans notre pays, on ne peut pas s’entendre avec tout le peuple non plus, non? Mais au début on s’accroche aux mots familiers, normal aussi, et on fait le tri ensuite.

Leave a Reply