Les tartines par date

janvier 2009
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Petite photo

 

nobodyImpossible de savoir qui est sur la photo, elle résume bien pour moi la complexité de l’Asie.

Poor Chinese New Year

Dans près de trois jours Singapour va fêter Chinese New Year. Ca sent la crise cette année. Juste une impression….

L’an dernier à la même époque les tambours résonnaient devant les bâtiments, tout à fait typique les 3 premiers jours, légèrement soulant au delà, les dragons jaunes ondulaient régulièrement leur petit derrière pour donner bonheur et prospérité, la ville se recouvrait de lampions rouges, impossible de voir les feux.

 Il faut dire que l’Asie entamait 2008, année de chance avec son 8 final. (même si en réalité on fête Chinese New Year suivant le calendrier chinois, en avance de près de 3000 ans sur le grégorien si mon souvenir est juste)

Bref c’était la fête. Alors sans doute à cause de cette sacrée crise mondiale, tout semble ralenti, et un peu moins festif, et ma boite aux lettres est innondée de pub (on brade avant la fête, incroyable !!),  pour les plateaux de fruits de mer, les volailles avec pattes et têtes, miam miam, les méga caisses de petites mandarines appelées  sugar tangerine. La tradition singapourienne veut qu’on les offre par paire dans un petit sac de soie finement brodé de rouge et or, bonheur et prospérité. Petit objet très utile par la suite pour aller faire de toutes petites courses.

Bon j’espère que tout cela n’est qu’impressions et que nos amis singapouriens vont fêter dignement THE fête de l’année et vous souhaite un excellent Gong Xi Fa Cai (à peu de choses près ça doit être ça)

Coup d’état en Guinée Conakry

Plage de Bel AirEnfin un vrai sujet bien sérieux comme on les aime.

 Comme chacun sait la Guinée et sa capitale Conakry se trouvent en Afrique de l’Ouest,  coincée entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire.  En y ayant  vécu presque trois ans, je peux dire maintenant que je connais la « vraie Afrique ». D’ailleurs dans le petit monde des expats, on peut dire qu’il y a ceux qui ont fait l’Afrique et les autres. Les premiers s’ils n’en sont pas revenus totalement déprimés ou alcooliques, laissent toujours une partie de leur âme sur cette terre rouge, chaude odorante et très attachante.

Mais  revenons à nos moutons, Conakry a perdu il y a environ 15 jours son président au pouvoir, le Général Lansana Conté, élu démocratiquement, depuis 1982. Je passerai les détails sur comment rester au pouvoir pendant près de 25 ans de façon démocratique. Suite à cette mort naturelle, « le vieux » était respecté malgré tout, les guinéens dans leur grande sagesse ont soutenu le coup d’état d’un certain capitaine Camara. Et c’est là qu’ils sont très forts car :

-A la différence d’autres transitions dans d’autres pays d’Afrique, il n’y a pas eu de bain de sang, ce qui est loin d’être négligeable.

-Le dit capitaine a l’air savoir  très bien s’entourer

-La population après un moment de doute accepte à l’heure d’aujourd’hui de le suivre.

-Le capitaine au pouvoir a promis d’organiser des élections démocratiques d’ici deux ans.

Lorsqu’on l’on connait les difficultés chroniques de la Guinée où tout reste à faire, on a envie d’y croire. Lorsqu’on l’on connaît la sagesse de ce peuple guinéen et fier de l’être, on peut y croire. Inch Allah, comme ils disent là-bas…. A suivre…

Aujourd’hui c’est mercredi, musique

Orgues de la Cathedrale du Bon BergerAh non, tous les mercredi on a droit à la tartine sur les enfants qui ne sont pas à l’école, qu’il faut occuper et patati et patata. Donc c’est mercredi mais on ne parle pas de problèmes d’intendance. J’ai en fait passé le mercredi à enquêter sur la pratique musicale à Singapour, un pour faire des recherches pour un magazine, deux par curiosité personnelle.

Aujourd’hui j’ai donc appris beaucoup de choses interéssantes qui raviront les nouveaux arrivants  et les amateurs de musique:

– Pour prendre des cours de musique on a le choix entre les private school et les personnal teachers. Dans le premier cas, on paie au mois, il faut faire un déposit, et on n’a le droit de sécher que 4 fois par an (fini les bonnes excuses du genre j’ai mal aux oreilles pour rater le solfège). Avec un prof privé tout s’assouplit, surtout les prix qui passent du simple au double. Je n’ai pas encore testé la qualité, affaire à suivre.

Dans les deux cas, le but du jeu est de devenir un prodige. Réussite avant tout.

– Mais l’idée de la seule réussite musicale ne guide pas pour autant nos amis singapouriens; on pourrait vite ici se laisser emporter par un gros préjugé bête et méchant du style seul l’argent et le succès ont de la valeur. En creusant le paysage musical pour la rédaction d’un prochain article sur les orgues de Singapour, sujet autant passionnant qu’inédit, je me suis aperçu avec grand bonheur que quelques irréductibles singapouriens défendent avec bonheur ce magnifique instrument. Et oui il existe une dizaine d’orgues dans cette cité Etat, maintenus et en ordre de marche, alors que bon nombre des shops houses chinoises ont été rasées depuis belle lurette. Sans doute une influence protestante pour sauvegarder ses outils de liturgie. Il n’empêche, le coût de construction ou de conservation est faramineux, l’instrument a un public restreint, bref rien de là de très commercial. Au passage, j’ai appris qu’il existait de nouveaux instruments à Hong Kong et Shanghaï. De quoi réviser tous ses à prioris. 

Je dis donc pour conclure  et retourner des idées reçues : à quand l’enseignement de la musique chinoise dans les écoles de musiques européennes ?

Comment faisions-nous avant Internet

Et oui, après deux heures de surferie internet et de facebooking, je me demande comment on faisait pour vivre sans Internet, et cela tombe bien que cette question me soit venue à l’esprit, je commençais à être à sec niveau inspiration, le blues de la page blanche…

Donc il y a 30 ans à l’âge du balbutiement de la micro avec ses ZX81, notre ami expat partait à l’autre bout du monde sans autre outil de communication que sa plume, son encre, son enveloppe et son timbre poste. Alors qu’à l’heure où je cause, l’expat de base prend son bijou de note book sous le bras et communique en direct avec sa famille, ses copains éparpillés comme lui aux quatre coins du monde, et suit leur petite vie en quasi direct avec photos et vidéos à l’appui. On n’arrête pas le progrès mais n’oublions jamais que tout cela reste reste très virtuel et exclut de fait tout ceux qui ne sont pas connectés, population il est vrai de plus en plus rare.

Plus besoin de se déplacer pour voir « your love ones » comme le dit si bien la pub de mon tél portable, votre ordi vous connecte.

Alors peut-être dans 40 ans dans un souci écologique on ne brûlera plus ses miles et du kérosène et on ne se déplacera plus du tout, je songerai à ce moment là avec nostalgie à la Guinée où le téléphone coupant toutes les 4 secondes, il fallait  aller voir votre interlocuteur pour finir la conversation, laquelle durait finalement 4 bonnes heures autour d’une bonne bouteille de vin à refaire le monde, en particulier l’Afrique …